Ces dernières années, les solutions digitales se sont multipliées, tout comme le besoin de communiquer très rapidement. La diversité des supports engendrée, et par extension, des contenus, crée donc une nécessité d’émerger, même en interne.

Cet article a été publié sur le site de COM-ENT.

Plus récemment, la réorganisation de l’activité, accélérée par la crise Covid-19, amène de plus en plus de collaborateur.rices à travailler à distance (déplacement, télétravail etc…). Ces mutations poussent à s’interroger : comment bien communiquer à distance, préserver l’esprit d’entreprise ; et à définir la place de la vidéo dans cette nouvelle configuration.

Plus largement, la vidéo est un outil central de la communication des entreprises. Mais comment et dans quels cas l’utiliser ? C’était la question du STAYIN’LIVE “Quelle place donner à la vidéo pour communiquer au sein des entreprises, avec la réorganisation du travail qui s’opère actuellement ?, un débat animé par Vincent Stilinovic, directeur associé de l’agence Reactive Production.

La vidéo pour dépasser la communication top down et recréer de la proximité

C’est une tendance de fond depuis plusieurs années maintenant, l’entreprise a besoin de donner la parole aux managers et aux équipes pour valoriser le rôle de chacun. Avec cet objectif, la vidéo semble toute adaptée pour susciter l’émotion et mettre en avant la dimension humaine de la politique de l’entreprise.

Claire Meslif, responsable communication Réseau KRYS GROUP, confirme que la coopérative utilise la vidéo pour les prises de paroles managériales depuis plusieurs années déjà. Un message est tout de suite mieux perçu lorsqu’il est incarné. Le timbre de voix, la diction… apportent tout de suite de la chaleur humaine. Atout bien difficile à compenser à l’écrit. De plus, quand une personne s’exprime face caméra, c’est tout de suite beaucoup plus impliquant pour celui qui regarde, et cela se vérifie dans les taux de visionnage. 

Les vidéos type « bonnes pratiques », « tutos », « coaching » se multiplient, fortes de leur succès auprès des collaborateurs et collaboratrices, qui apprécient tout autant participer, que reconnaître leurs collègues en vidéo. Donner la parole aux pairs, d’autant plus en vidéo, c’est un bon moyen de crédibiliser le message et de convaincre. C’est la loi de proximité du journalisme : « C’est chez moi donc ça m’intéresse ! ». Au-delà du discours en lui-même, ce genre de vidéos permettent de capter une ambiance (à travers des plans d’illustrations) de façon bien plus efficace qu’avec des photos.

Enfin, le support « tutos » est résolument inscrit dans l’air du temps. Tout le monde en suit sur Youtube. Format court, possible à enrichir avec des infographies, le tuto vidéo est idéal pour remplacer un long texte explicatif. Le tuto se doit de capter l’attention immédiatement pour ne pas perdre nos « cerveaux de zappeurs » qui ont besoin d’être happés par des images fortes.

Tendance plus nouvelle, forcée par la crise sanitaire, l’émergence de vidéos « prise de parole de managers » dans un cadre plus intime. En effet, confinement oblige, certains ont dû prendre la parole depuis leur salon, loin des codes habituels de ce genre d’exercice.

D’après les participant.es du STAYIN’LIVE, il ne faut pas voir ici l’avènement d’une nouvelle tendance, mais plutôt la réponse à une situation exceptionnelle.

Cependant, ils.elles se sont accordé.es sur le fait que la crise a poussé à s’interroger sur « comment prendre la parole en vidéo ». Tout le monde ne peut pas, sans formation, s’exprimer en vidéo. La crise de la Covid a vu émerger un besoin de communiquer, et, dans le même temps, la multiplication de vidéos de qualité très diverses. Alors de la vidéo oui, mais à condition d’être bien accompagné.e !

La vidéo pour une nouvelle dimension organisationnelle accélérée par la crise sanitaire

Comment garder l’esprit d’entreprise quand tout le monde est à distance ? La vidéo s’impose clairement comme une partie de la solution. Il reste tout de même indispensable de garder la dimension budgétaire en tête. La vidéo peut être coûteuse, et la communication interne n’aura pas toujours les moyens de l’adopter. Quand le budget est serré, mieux vaut favoriser le texte.

Caroline D’Aulan Laval, directrice des relations extérieurs d’Edmond de Rothschild, soulignait également la notion d’urgence. Dans la crise rencontrée, les dirigeant.es se sont retrouvé.es dans une situation inédite où il était difficile de savoir quel message porter. En vidéo, il faut du temps pour bien définir son message, ce qui n’en fait pas toujours le média le plus approprié pour une actualité chaude, et des messages à la durée de vie courte. Dans ce cas, le mail semble bien plus approprié. La vidéo étant à réserver pour des messages plus globaux, qui peuvent durer dans le temps.

La vidéo est à privilégier de façon ponctuelle, pour les messages stratégiques de fond. Dans la crise que nous traversons, la durée de vie des messages étant difficile à évaluer, il n’est pas toujours simple de choisir le bon média.

Claire Meslif soulignait que la Covid avait fait monter en puissance l’intranet du groupe, le présentant comme le dernier lien avec l’entreprise. L’espace a alors muté, dépassant son chant strictement professionnel pour devenir un espace de convivialité. De nombreuses invitations ont été lancées aux collaborateur.rices, comme poster la photo de la vue de leur home office, de leurs chaussons ou de leur animal de compagnie… Il est intéressant de noter que la perte de convivialité est plus forte entre les services qu’au sein d’un service propre. Les journées de télétravail étant décalées, certaines personnes peuvent passer des mois sans se croiser ! D’où l’idée de communiquer sur les activités des autres.

La vidéo reste un outil informatif, ludique majeur. Les nouvelles générations se l’appropriant avec de plus en plus de facilité, elle a clairement toute sa place dans l’organisation du service communication de demain, avec de nouvelles compétences à développer. Elle sera omniprésente sur les intranets et réseaux sociaux interne.

Par Sonia Pujolle, cheffe de projet vidéo / rédactrice, Réactive Production

Cet article a été publié sur le site de COM-ENT.

NOUS SUIVRE